Viaje a París 2017

Print Friendly

VIAJE A PARÍS 2017

ALGUNAS ANÉCDOTAS

Cuando salíamos de Cartagena, una de las chicas, Ana, se encontraba mal. La noche en el autobús la pasó mal, en el avión no mejoró, pero al llegar a París… recuperó la salud y la sonrisa. ¡Y nosotros también!

En el aeropuerto de Valencia una alumna no tenía el original del permiso de salida de la policía. La azafata nos dice que no podía salir, que la policía no nos dejaría. ¡¡¡Momento de pánico !!! Le digo “No puede ser. Hay que encontrar una solución.” Otra de las azafatas me dice que vamos a ver a la comisaría del aeropuerto a solucionarlo. Llegamos, le explico que ha sido una confusión, lo entiende y nos da el permiso. “ Biennn”. Se lo agradezco y volvemos hacia abajo. En el mostrador nos encontramos con otro problema, inesperado, con la primera azafata, que dice “¿quién es la policía para decidir quien viaja en una compañía aérea ?” Me quedo a cuadros, igual que la azafata que me acompañaba. Me hace un gesto, coge el teléfono y llama a alguien. Vuelve y es ella la que hace el checking a la alumna ( previa llamada a los padres para comprobar que sabían que estaba en un viaje de estudios). Una vez hecho, la maleta de Miriam va a unirse a las otras. ( ¡Uffffff!)

El autobús que nos recoge del aeropuerto de Charles de Gaulle llega al hotel y , al abrir la puerta trasera, la muleta de Julia se desliza entre los escalones, se traba y acaba partida. En la ruta de ese día, en los Campos Elíseos, busco una farmacia donde comprar otra. Al final la encuentro en la Avenida Kléber, un poco antes del Trocadéro, para ver la Tour Eiffel.

El buen tiempo nos ha acompañado todos los días (sorprendente en el mes de marzo) y nos ha permitido fotos estupendas: en el Arco del Triunfo, en el Sagrado Corazón, en Versalles, en Notre Dame, en el Trocadero, en el canal de San Martín (delante del hotel), en Montmartre, durante el paseo en el bateau mouche, en el Museo del Louvre,…

En Eurodisney pudimos visitar los dos parques (nos beneficiamos del 25 aniversario). Vimos los espectáculos y los desfiles, subimos a las atracciones,nos hicimos fotos con los personajes de Disney… Y justo cuando los profes estábamos comiendo recibimos una llamada:”Profe, Vicente ha perdido la mochila con todo ( dinero, carnet de identidad,…)” “ Bien, id a preguntar a objetos perdidos, seguro que está allí y vuelves a llamarme en 10 minutos” Diez minutos después otra llamada para decir que habían encontrado la mochila , pero que necesitaban un responsable del grupo para poder retirarla. Adela entonces se levanta, va a la oficina y nos cuenta después cómo estaba contado el dinero, revisado todo el contenido y escrito todo en el recibo que firmó. ( Estos niños….)

En la iglesia de Notre Dame más de uno descubrió la relación entre ésta y el Jorobado de Notre Dame (….!!!!!!) .

¿Y cuántas tarjetas-llaves dejaron de funcionar por estar junto a los móviles y hubo que programarlas de nuevo?

Una de las veces que cogimos el metro llegamos a una estación que disponía de puertas de seguridad antes del vagón. Empezamos a subir y casí sin aviso se cierran. ¡Qué cara pusieron los que se quedaron dentro! No habían visto que dos de los profes ya estaban dentro y, aún así, sabían en qué estación tenían que bajarse. ¡¡Una pequeña aventura de once minutos !!

Llegamos tarde al paseo en bateau-mouche (mouche porque se hicieron en el Port de la Mouche , en Lyon) y el siguiente nos dejaba poco margen para la subida a la Tour Eiffel. Decidí cambiar y hacer la subida en ese momento. Después del control de mochilas (sólo para entrar debajo de la Tour Eiffel) nos fuimos al Pilier Nord, explico lo que nos había pasado y conseguimos entrar. Arriba, nos dicen que una chica había perdido su riñonera y que la tenían en seguridad. Al bajar, fuimos a buscarla, no aparecía, nos mandan a otra oficina y mientras esperamos, nos llama Lola para decirnos que la alumna ya la había cogido.

En la Tour Eiffel un joven me pide que le haga una foto con su chica( bueno, un vídeo) y mientras encuadro para que de fondo se viera bien “le Sacré Coeur” , hinca rodilla en tierra, saca un anillo de su bolsillo y le pide matrimonio. La chica se pone roja como un tomate, se tapa la cara y dice que sí. Todo es precioso, romántico, magnífico,…. Se besan durante mucho tiempo y yo sigo grabando. Llegan junto a mí Marian, Lola, Adela y una alumna , Nieves. Cuando terminan, el chico me pide hacerse una foto ( “Une photo avec ta famille”). Todo super romántico ( Ah, Paris, la ville de l’amour…)

Cuando visitamos el Louvre , con todos debajo de la Pirámide, tengo que ir a buscar las entradas de grupo a la Porte des Lions. Empiezo a andar, paso la galería comercial, sigo andando, salgo al exterior, y allí vuelvo a preguntar. Tengo que andar un poco más y encuentro la oficina , casí vacía, para que me den las entradas. Y claro, vuelta de nuevo debajo de la Pirámide. Hablo al día siguiente con la guía y me dice que ya se habían quejado de lo mal organizado que estaba ( y de la cantidad de trabajadores medio desocupados que había en los mostradores de la Pyramide)

Cuando regreso al grupo me cuentan que había sonado una alarma de seguridad pidiendo el desalojo inmediato del museo, aunque al final resultó ser una falsa alarma, debido a un fallo de una puerta.

El jueves por la noche, nuestra última noche en el hotel, los paseos por los pasillos aumentan, el vigilante se hace más presente, nosotros también, algunos van de visita, otros descansan…

El viernes por la mañana, día de salida, Susana viene a verme durante el desayuno para decirme que no encontraba el carnet de identidad. No pude terminar mi desayuno, le dije que volviera a buscar bien, que yo subiría a ayudarla, y mientras pensaba “ ir a la policía, poner la denuncia, cuánto tiempo, a las doce viene el autobús, el avión…”. Subo a la habitación, vacío la mochila en la cama y “anda profe, está ahí….”

Y luego, el autobús para el aeropuerto se retrasa, nervios, conseguimos llegar al aeropuerto, corremos para hacer el checking, no hay servicio de mostrador, tenemos que ir a unas máquinas ( útil para cuando viajas sólo o en pareja, pero para un grupo de 54 …….), control de mochilas, avión (“¿profe, podemos cambiar de asiento?”) llegada a Valencia, alboroto en el autobús, unos quieren dormir, otros hablar, mensajes a las familias, “¿cuándo paramos para cenar?”, “¿cuánto falta?” “¿a qué hora llegamos?”. Llegamos a Murcia, dejamos a Adela y a Marian, continuamos a Cartagena, “¿cuánto falta?”

Y por fin, el instituto, padres, madres, abrazos, besos, agradecimientos,…

Y… fin del viaje

 

VOYAGE À PARIS 2017

QUELQUES ANECDOTES

Quand on sortait de Cartagena, une des élèves, Ana, se sentait mal. La nuit dans le bus s’est mal passée (un peu de fièvre, mal à la tête,…), dans l’avion pareil que dans l’autobus à Valence, mais quand on est arrivé à Paris…. elle a recuperé la santé et le sourire. Et nous aussi!!!!

À l’aéroport de Valence une élève n’avait pas l’original du permis de la pólice pour sortir à l’étranger. L’hotesse nous dit qu’elle ne pouvait pas Voyager, que la pólice n’allait pas donner la permission…. Moment de panique!!!! Je lui dit: “Ce n’est pas posible. Il faut trouver une solution”. Une autre hotesse me dit d’aller voir la pólice de l’aéroport pour trouver une solution. Nous voilà devant la porte, elle explique, j’explique et le policier comprend que c’est une petite erreur et nous dit que la fille peut voyager. (“Biennnn”) Je lui remercie et on retourne au checking. Dans le comptoir on trouve un autre problème, beaucoup plus inattendu que le premier: la prémière hotesse nous dit” et qui est la pólice pour décider qui voyage ou pas dans une compagnie aérienne?” Je reste sans paroles, comme l’hotesse qui m’accompagnait. Elle me fait un geste, prend le téléphone, appelle quelqu’un et sept minutes plus tard , elle revient et me dit ok. C’est elle qui fait le cheking ( avec un appel aux parents pour confirmer s’ils savaient que sa fille partait en voyage d’études). Et une fois tout fait, la valise de Miriam va rejoindre les autres. ( Uffffff!)

Le bus qui nous avait cherché à l’aéroport de Charles de Gaulle arrive à l’hôtel, et au moment d’ouvrir la porte, la béquille de Julie glisse sur les marches, reste bloquée et se casse. Problème!!!! Ce jour-là,on allait aux Champs-Elysées. Je cherche une pharmacie pour acheter une autre. Finalement je la trouve dans l’Avénue Kleber, un peu avant d’arriver au Trocadéro, pour voir la Tour Eiffel.

Le beau temps nous a accompagné tous les jours ( surprenant au mois de mars) et nous a permis de faire de belle potos: à l’Arc de Triomphe, au Sacré Coeur, à Versailles, à Notre Dame, au Trocadéro, au Canal de Saint-Martin (devant l’hôtel ), pendant la promenade du bateau-mouche, au musée du Louvre,…

À Eurodisney nous avons pu visiter les deux parcs ( pour le XXVe Anniversaire). Nous avons vu les spectacles et les défilés, nous sommes montés aux manèges, nous avons fait des photos avec les personnages Disney,… Et juste quand nous mangions ( les profs) , nous reçevons un appel : “Prof, Vicente a perdu son sac avec tout (argent, pièce d’identité,…)” “Oufff, d’accord, allez demander aux objets perdus, c’est sûr que le sac est là, tu m’appelles en dix minutes”. Et dix minutes plus tard, voilà l’appel, ils avaient trouvé le sac, mais ils avaient besoin d’un responsable du groupe pour le récuperer. C’est Adela qui va au bureau et nous raconte après qu’elle avait signé un document avec tout le contenu du sac: quantité d’argent, objets, pièce d’identité . (Oh là là , ces enfants…)

À l’Êglise de Notre Dame, quelques-uns ont découvert la relation entre l’Église et le Bossu de Notre-Dame ( (….!!!!!!)

Et combien de cartes-clès ont laissé de fonctionner parce qu’elles étaient à còté de portables, se démagnetisaient et il fallait les programmer à nouveau?

Une des fois qu’on a pris le métro , on arrive à une station qui avait de portes de sécurité sur le quai. Nous avons comencé à Monter et, presque sans prévenir les portes se referment. Et la moitié du groupe était dehors encore! Quelle tête ont fait les élèves qui sont restés dans le wagon!!! Ils croyaient qu’ils étaient SEULS !! Ils n’avaient pas vu qu’il y avait déjà deux profs à l’intérieur du métro. Et en plus, on leur avait dit dans quelle station ils devaient descendre. Une petite aventure de onze minutes!!!

Nous sommes arrivés en retard à la promenade du bateau-mouche ( mouche, parce qu’ils ont été faits au port de la Mouche, à Lyon) et le suivant était trop tard pour bien faire la visite à la Tour Eiffel. Alors j’ai décidé de changer l’ordre et Monter à la Tour Eiffel dans ce momento. Après avoir eu la prémière inspection des sacs ( seul pour rester sous la Tour Eiffel), nous nous sommes dirigés vers le Pilier Nord. J’explique ce qui nous était arrivé et … voilà, nous pouvons passer.

Une fois au deuxième étage, un employé de la Tour Eiffel nous dit qu’il y avait un sac oublié d’une de nos élèves. On dit que nous la recupérerions à la sortie. Une fois en bas on demande au bureau, on ne la trouve pas, on demande dans un autre bureau, non plus, et pendant , je reçois l’appel de Lola, la prof, pour me dire que la fille avait déjà récupéré son sac ( oh là là ces enfants…)

Quand on était à la Tour Eiffel un garçon me demande de lui faire une photo avec sa copine ( bon, un vidéo). Je prends l’appareil, je cherche le paysage, le Sacré Coeur au fond, et le garçon pose un genou à terre, sort une bague de sa poche et lui demande de se marier avec lui. La fille devient rouge comme une tomate, se cache le visage et dit oui, avec un gros sourire. Tout est beau, magnifique, romantique,… Ils s’embrassent pendant longtemps et je continue l’enregistrement. Les autres arrivent auprès de moi, Marian, Adela, Lola et une élève Nieves. Quand le couple a fini, le garçon me demande de se faire une photo avec nous ( “Une photo avec ta famille” me dit). Une ambiance hyper romantique…. ( Ah, Paris, la ville de l’amour…)

Quand on a fait la visite au Louvre , avec tout le monde sous la Pyramide, je dois aller chercher les entrées du groupe à la Porte des Lions. Je commence à marcher, je passe par la Galérie Commerciale, je continue, je sors à l’extérieur et là, je demande à nouveau. Je dois marcher un peu plus et je trouve le bureau, presque vide, pour retirer les entrées. Et , bien sûr, de retour de nouveau sous la Pyramide. Le jour suivant je parle avec notre guide sur la visite et elle me dit qu’elles avaient déjà protesté sur la mauvaise organisation ( et sur la quantité d’employés mi-occupés qui avait dans les comptoirs de la Pyramide)

Quand je retourne au groupe , les profs me racontent qu’une alarme s’était déclenché et on avait demandé la sortie immediate de tout le monde du musée, mais finalement c’était une fausse alerte dûe au mal fonctionnement d’une porte,

Jeudi soir, notre dernière nuit à l’hôtel, quelques promenades dans les couloirs, on voit le veilleur de nuit plus que les autres nuits, nous aussi , quelques-uns font de visites, d’autres se reposent ,…

Vendredi matin, le jour du départ, Susana vient me voir pendant mon petit-déjeuner pour me dire qu’elle ne trouvait pas sa pièce d’identité… Je n’ai pas pu finir mon petit-dej, je lui dis de bien chercher à nouveau dans la chambre, et que j’irais lui aider . Pendant je pensais “ aller à la pólice, dénonciation, combien de temps, le bus part à midi, l’avion,… Je monte dans sa chambre, je vide son sac sur le lit et … “ tiens prof, elle est là”.

Et après le bus pour l’aéroport est en retard, des nerfs, nous arrivons à temps, en vitesse pour faire le cheking, il n’y a pas de comptoirs pour les groupes, nous devons utiliser des machines (utiles quand tu voyages seul ou en couple, mais pour un groupe de 54 personnes…..), control de sacs, l’avion ( “prof, est-ce que nous pouvons changer notre siège?”), arrivée à Valencia, des bruits dans le bus, quelques-uns veulent dormir, d’autres préfèrent parler, messages aux familles, “quand on va dîner? , combien il reste? À quelle heure on arrive?. On arrive à Murcia, Adela et Marian descendent, on continue à Cartagena

“Prof, à quelle heure on arrive?”. Et finalement, le lycée , les parents, les frères, les soeurs, les bises, les câlins, les remerciements,…

Et … fini le voyage.

 

No se admiten más comentarios